29 août 2011

1992-1993 ( Partie 1 - Division Adams)



Et oui ! J'entame une autre série d'articles alors que d'autres séries déjà commencées trainent derrière. C'est fou , chaque fois que je décide d'écrire un article en espérant qu'il y ait des suites de plusieurs parties, j'ai une nouvelle idée plus tentante et plus pressante à sortir de mon cerveau, qui d'ailleurs devrait se concentrer sur des choses plus importantes ( comme trouver une nouvelle job par exemple ) mais comme on dit par chez nous " d'la marde !".  Je vous ramène aujourd'hui à une époque merveilleuse, la saison 1992-1993 de la LNH. 

Cette saison est particulière à nos yeux pour plusieurs raisons. Il s'agissait tout d'abord de la saison anniversaire de la Coupe Stanley qui avait alors 100 années d'existence. C'était aussi la première saison du nouveau commissaire de la ligue Gary Bettman qui allait dès la saison suivante commencer à détruire tout ce qu'il y avait de magique dans cette ligue. Mais pour la saison 92-93, on eu droit à une année remplie d'émotions fortes, de parties enflammées et des séries magiques remplies de surprises et se terminant judicieusement par la dernière conquête de la coupe par le Canadien de Montréal, sa 24ème. Chaque saison depuis, on ajoute une année de plus qui nous sépare de cette conquête et de ce hockey de rêve.
 Canadien de Montréal 
Champions de la coupe Stanley 1993
( j'accepte les donations pour acheter cette photo en grandeur nature )

C'est déjà une autre époque très lointaine, la ligue se composait de 24 équipes ( le nombre parfait à mon avis ) et le calendrier passa de 80 à 84 matchs. De nos jours la ligue a 30 équipes ( beaucoup d'entre elles souffrent de malnutrition ) se disputant 82 matchs. C'était une saison intense au niveau de l'offensive, les 4 matchs de plus par équipe aidant beaucoup la cause et c'était aussi la première saison des Senators d'Ottawa et du Lightning de Tampa Bay en plus de la deuxième saison des Sharks de San Jose. Les équipes d'expansion sont (presque) toujours ignobles lors de leurs premières saisons, étant constitués de joueurs non-protégés par les autres équipes lors de repêchages spéciaux et de joueurs des ligues mineures. Donc trois équipes en développement signifiaient plus de buts marqués contre eux. Et le reste de la ligue s'enflamma dans un marathon offensif sans précédent. 

Les années 80 et le début des années 90 étant la période la plus élevée au niveau de l'offensive dans l'histoire de la ligue et la saison 92-93 était à l'époque la saison record au niveau des buts marqués avec une moyenne de 7.25 buts par matchs alors qu'on est chanceux de nos jours si on peut avoir une moyenne de 4 ou 5 buts par matchs. On eut donc droit en 1993 à plus de 20 joueurs franchissant le cap des 100 points , alors que de nos jours on est chanceux qu'un seul joueur franchisse ce cap, ce qui est scientifiquement qualifiable  de "platte en criss".

La saison 92-93 est donc considérée par plusieurs comme la dernière grande saison du hockey des années 80. Le hockey depuis ce temps se porta plus sur le jeu défensif, l'accrochage et l'excellence des gardiens de buts. On essaie depuis quelques saisons de changer les règlements et l'équipement des joueurs afin de revenir un peu au hockey de cet époque, ce qui fonctionna presque pour une saison, la saison 2005-06 où les nouveaux règlements permirent enfin d'augmenter l'offensive mais ça n'a pas vraiment duré.
NHL 94 sur SEGA GENESIS
( comprenant les line-up de la saison 92-93 )
C'était donc une période excitante , surtout pour les kids dont je faisais partie. Nous connaissions presque l'ensemble des joueurs de la ligue grâce à nos collections de cartes de hockey et surtout grâce aux jeux vidéo NHL 93 et ensuite NHL 94 ( la meilleure édition ever ). Je parlerai en détail de tout ce qui est relatif à 92-93 ; la saison régulière, les séries , les Canadiens , la coupe, les émeutes, Jacques Demers, les cheveux de Vincent Shamphousse, les Nordiques, Teemu Selanne , Pavel Bure, Patrick Roy, Kirk Muller, Alexander Mogilny, Ed Belfour, Mario Lemieux, Wayne Gretzky, Pat Lafontaine, Steve Yzerman, Tony Twist, NHL 94, les cartes de hockey, le match des étoiles, la run des Maple Leafs, Dale Hunter, Pierre Turgeon, Kerry Fraser , le baton de Mcsorley etc... Ouf ça m'étourdit juste d'y penser. Mais tout d'abord, pour respecter la tradition Top Net!, voici un survol de chaque division en images et en uniformes ! 

Pour le reste de ce premier article, je parlerai de la meilleure division, la division Adams , car dans ce temps béni , les divisions étaient nommées par des noms d'anciens joueurs et dirigeants de l'histoire de la ligue, ce qui était très cool mais selon Gary Bettman trop confondant pour ses potables nouveaux fans de la Louisiane. Il changea le nom des divisions la saison suivante pour Nord-Est, Atlantique, Pacifique etc... Chou! Bettman Sucks! Aussi, le classement général n'était pas le même que maintenant. On retrouvait 4 divisions de 6 équipes et donc les 4 meilleures équipes de chaque division se rencontraient en série ( 1 contre 4 et 2 contre 3 ), ce qui à mon avis faisait des séries beaucoup plus excitantes que le système actuel.

Voici donc la divison Adams et ses équipes en ordre de préférence ( de l'équipe que j'aime le moins à ma préférée pour la fin ). J'ai fait un montage photo pour chaque équipe en prenant soin de trouver des photos de la saison 92-93 ( vous reconnaitrez la "patch") avec des joueurs représentant le plus possible l'équipe de l'époque. Aussi j'ai pris soin de mettre une photo de chaque uniforme ( à domicile et à l'étranger ) et une photo du gardien principal de chaque équipe. Je trouve que les images et les joueurs de cette saison ont un cachet unique, peut-être que c'est la patch du 100ème de la coupe ou je sais pas quoi mais revoir ces joueurs et ces images me fait toujours basculer dans une nostalgie unique. Je trouve aussi que même si je n'aime pas certaines de ces équipes, j'aime toujours au moins leur gardiens de but ou leur uniforme, plus épurés dans ce temps-la. C'est d'ailleurs un autre beau côté de cette époque, quelques années plus tard, la ligue et plusieurs équipes entrèrent dans une mode de redesign douteux, mais j'y reviendrai plus tard. Voici la Adams.

Boston Bruins
54 V - 26 D - 7 N - 109 PTS ( 2èmes au total )
Coach : Brian Sutter
Photo : Joé Juneau, Raymond Bourque et Andy Moog
Meilleurs pointeurs
1. Adam Oates : 45 b - 97 p - 142 pts
2. Joé Juneau   : 32 b - 70 p - 102 pts
3. Raymond Bourque : 19 b - 63 p - 82 pts
4. Dmitri Kvartalnov : 30 b - 42 p - 72 pts
5. Steve Leach : 26 b - 25 p - 51 pts

Les Bruins de Boston, de 1967 jusqu'à 1996 étaient toujours une équipe compétitive d'année en année. Vers la fin des années 80 et le début des années 90, ils étaient particulièrement une plaie envers le Canadien, les éliminant en séries en 88, 90 , 92 et 94. Ils participèrent à la finale de 88 et 90 d'ailleurs, perdant les deux fois contre les Oilers d'Edmonton ( thank you Oilers ). En 93, il terminèrent premiers de la division Adams et seulement les Penguins de Pittsburgh eurent une meilleure fiche. Mais un surprenant coup de théâtre arriva lors de la première ronde des séries alors qu'ils furent éliminés en 4 parties par les Sabres de Buffalo dans une série mémorable où les Sabres en bons underdogs gagnèrent 3 des 4 parties en prolongation. Le 4ème match est désormais célèbre dans le coeur des fans des Sabres grâce au but mémorable de Brad May en prolongation.

Plusieurs débatent encore si les Bruins auraient encore battu le Canadien si ils avaient passé en 2ème ronde. Mon opinion détaillée: Non. C'était une année impaire. Voila.


Hystérie à Buffalo ! "May Day" Un des vidéos les plus célèbrés de l'histoire de la vie. Remarquez la brillante passe de Pat Lafontaine sur ce but, Lafontaine était tout un joueur, effectuant une passe en s'étant fait trébuché sur le jeu.



Ottawa Senators
10 V - 70 D - 4 N - 24 PTS ( 24èmes au total - Bons derniers )
Coach : Rick Bowness
Photo : Peter Sidorkiewicz, Jamie Baker et Brad Marsh
Meilleurs pointeurs
1. Norm Maciver : 17 b - 46 p - 63 pts
2. Jamie Baker  : 19 b - 29 p - 48 pts
3. Sylvain Turgeon : 25 b - 18 p - 43 pts
4. Brad Shaw : 7 b - 34 p - 41 pts
5. Bob Kudelski : 21 b - 14 p - 35 pts

Les Senators d'Ottawa étaient la réincarnation de l'équipe du même nom qui était une des premières équipes de hockey professionnel de l'Ontario et une des équipes fondatrices de la NHL en 1917. Il cessèrent leurs opérations en 1934. Ils sont généralement reconnus comme étant la meilleure équipe des débuts du sport, ayant été champions de la coupe à 11 reprises. Les Senators version 2.0 eux, ne connaissent pas vraiment de tels succès jusqu'à date. Lors de leur première année d'expansion, il terminèrent ex-equo avec les Sharks de San Jose avec 24 points mais derniers au niveau des victoires avec 10 et établissant plusieurs records de médiocrité. Je trouve que la photo du défenseur Brad Marsh ici, couché sur la glace devant le goaler et le visage empreint de désespoir représente bien la première saison des Senators 2.0. Comme vous pouvez voir avec leurs stats des meilleurs pointeurs, c'était l'équipe la moins productive de la ligue, mais ce genre de stats est standard maintenant, surtout chez le Canadien.

Un de leurs seuls moments forts de la saison arriva lors de leur match inaugural, très médiatisé à l'époque avec une prestation d'Alanis Morrissette et des cérémonies d'avant match très viriles. J'ai pas trouvé d'extrait d'Alanis mais regardez quand même ce vidéo, c'est ben beau. Les Senators gagnèrent ce premier match 5 à 2 contre le Canadien. Une de leurs 10 victoires de la saison.




UPDATE : J'AI TROUVÉ CETTE PREMIÈRE GAME AU COMPLET SUR YOUTUBE, si vous avez 1 heure et demie de libre, suivez ce lien http://youtu.be/FV_2lLdJL4o , je ne pouvais pas le mettre ici sur cette page, c'était bloqué mais allez voir, il y a même Oleg Petrov dans l'alignement du Canadien
( à 3:30 ) et des buts de Muller et Damphousse.


Buffalo Sabres
38 V - 36 D - 10 N - 86 PTS ( 15èmes au total )
Coach : John Muckler
Photo : Pat Lafontaine, Alexander Mogilny, Grant Fuhr et Dale Hawerchuk
Meilleurs pointeurs
1. Pat Lafontaine : 53 b - 95 p - 148 pts
2. Alexander Mogilny   : 76 b - 51 p - 127 pts
3. Dale Hawerchuk : 16 b - 80 p - 96 pts
4. Doug Bodger : 9 b - 45 p - 54 pts
5. Bob Sweeney : 21 b - 26 p - 47 pts

Les Sabres formaient une bonne petite équipe en 1993, avec de bons petits joueurs comme Pat Lafontaine (148 pts), Bob Sweeney, Donald Audette ainsi que des joueurs badass comme Brad May et Rob Ray que j'ai toujours eu du mal à différencier, même chose avec Dale Hawerchuk et Dave Andreychuk qui étaient aussi tous les deux avec les Sabres cette année-là avant que les Maple Leafs ne firent l'acquisition d'Andreychuk contre le gardien Grant Fuhr. Ce qui m'aida enfin à les différencier un peu. Mais en plus de la saison exceptionnelle de Lafontaine, les fans des Sabres eurent droit à l'éclosion exceptionnelle d'Alexander Mogilny qui marqua 76 buts et 127 points cette année-la, un sommet qu'il n'a pas su approcher depuis. Il était en compétition avec Teemu Selanne des Jets de Winnipeg pour le plus de buts marqués mais ça s'est terminé en match nul à 76 buts chaque. Parfait comme ça. J'ai trouvé ce superbe vidéo en honneur de la saison 93 des Sabres. On peut y voir Mogilny, Lafontaine et cie à l'oeuvre. De toute beauté.





Hartford Whalers
26 V - 52 D - 6 N - 58 PTS ( 21èmes au total )
Coach : Paul Holmgren
Photo : Andrew Cassels, Pat Verbeek et Sean Burke
Meilleurs pointeurs
1. Geoff Sanderson : 46 b - 43 p - 89 pts
2. Andrew Cassels : 21 b - 64 p - 85 pts
3. Pat Verbeek : 39 b - 43 p - 82 pts
4. Zarley Zalapski : 14 b - 51 p - 65 pts
5. Terry Yake : 22 b - 31 p - 53 pts

Les Whalers, un des clubs favoris des nostalgiques et des amateurs de vintage, étaient un peu le petit frère oublié dans la section Adams. Ils parvenaient à se classer en série de 1986 à 1992 mais devaient toujours se buter soit à Montréal, Boston ou Québec. En 1992, après une autre élimination au mains des Canadiens et surtout à cause des mauvais échanges qu'il éffectua les saisons précédentes ( Ron Francis !) le directeur général Eddie Johnston fût congédié en plus de l'entraineur Jimmy Roberts et furent remplacés par Brian Burke ( anciennement de Vancouver et maintenant à Toronto ) et Paul Holmgren ( maintenant D.G à Philadelphie). Pour ce renouveau, les Whalers changèrent la teinte de leur uniforme, autrefois plus clair et plus joyeux pour celui que vous voyez ici. Personnelement je préfère celui de 92-93 à l'ancien. J'ai toujours aimé cette équipe et cette édition 92-93 particulièrement, avec leur grosse ligne comprenant l'ancien du Canadien Andrew Cassels, Geoff Sanderson et le toujours badass Pat Verbeek comme capitaine. Au jeu de NHL 94 sur Sega Genesis, je prends presque toujours les Whalers quand vient le temps de faire une playoff, c'est plus le fun avec une équipe moins bonne et remplie de joueurs marginaux aux noms cool tels que Terry Yake, Doug Houda, Robert Kron, Michael Nylander, Robert Petrovicky et Frank Pietrangelo entre autres.

J'ai malheureusement pas trouvé de vidéo intéressant des Whalers lors de cette saison, je vous dis que c'est le jeune frère oublié de la famille Adams mais j'ai trouvé un vidéo d'une bagarre , mais bof... au moins c'est une bagarre entre gardiens. Sean Burke vs. Dominic Roussel des Flyers.



Nordiques de Québec
47 V - 27 D - 10 N - 104 PTS ( 4èmes au total )
Coach : Pierre Pagé
Photo : Steve Duchesne, Joe Sakic, Ron Hextall et Mats Sundin
Meilleurs pointeurs
1. Mats Sundin: 47 b - 67 p - 114 pts
2. Joe Sakic : 48 b - 57 p - 105 pts
3. Steve Duchesne : 20 b - 62 p - 82 pts
4. Mike Ricci : 27 b - 51 p - 78 pts
5. Owen Nolan : 36 b - 41 p - 77 pts

Avril 1993, Alma au Lac-St-Jean. Autobus scolaire en route pour l'école Saint-Pierre. Dans le bus, le débat fait rage , "T'es-tu Canadien ou Nordiques ?" À ce moment , Québec mène la série 2-0. Il faut faire un choix judicieux; suivre ton coeur , choisir le Canadien et faire rire de toi parce qu'ils sont en train de perdre ou bien suivre la parade et choisir les Nordiques et plus tard le regretter. J'ai fièrement dit Montréal et c'est quelques jours plus tard que j'eu raison de ce choix, le Canadien remontant la pente grâce au brio de Patrick Roy et la déconfiture de Ron Hextall et Mats Sundin. Na Na Na Hey Hey Hey Goodbye ! Scuzez-La...


Un vidéo de Pierre Pagé déferlant sa rage sur ses joueurs lors de la 6ème partie décisive contre Montréal. Pauvre Mats Sundin.... NOT!

Too bad, parce que j'avais quand même un petit penchant pour les Nordiques. L'été précédent, ils avaient finalement mis un terme à la saga Eric Lindros en échangeant son gros cul ingrat aux Flyers de Philadelphie contre un méga-package ( Forsberg, Hextall, Ricci, Duchesne, Simon , Thibault , 15 millions de $ et une plaque commémorative des Chevaliers de Colomb). Cette transaction célèbre transforma immédiatement l'équipe, qui avant ça traversa 5 années de misère. Il terminèrent la saison 4ème au total dans la ligue et étaient considérés comme favoris pour se rendre loin en séries dans l'est. Mais ils avaient encore des croutes à manger avant d'être une équipe d'élite et avaient surtout besoin d'avoir Patrick Roy de leur bord, ce qui arriva plus tard... au Colorado.


Canadien de Montréal
48 V - 30 D - 6 N - 102 PTS ( 6èmes au total )
Coach : Jacques Demers
Photo : Kirk Muller, Vincent Damphousse, Patrick Roy et Guy Carbonneau
Meilleurs pointeurs
1. Vincent Damphousse: 39 b - 58 p - 97 pts
2. Kirk Muller : 37 b - 57 p - 94 pts
3. Brian Bellows : 40 b - 48 p - 88 pts
4. Stephan Lebeau : 31 b - 49 p - 80 pts
5. Mike Keane : 15 b - 45 p - 60 pts

Vous pouvez voir que les Canadiens n'avaient pas la même "patch" sur leur chandail que les autres équipes. "L'écusson" sur les photos de Muller et Damphousse est celle du match des étoiles, présenté à Montréal cette année-là. Quand à celle de Guy Carbonneau, il porte bien sûr la patch de la finale de la coupe Stanley, vous savez ce gros truc argenté qu'il a dans les mains, c'est de ça que je parle. Ce trophée est remis à l'équipe championne de la ligue à chaque saison, suite à un tournoi printannier entre les meilleures équipes de la ligue. Je vous l'explique car ça fait un bail qu'on ne l'a pas vu par ici et certains d'entre vous peuvent ne pas être familier avec le concept. Le Canadien était une équipe bonne mais qui démontrait certains signe d'inconstance durant la saison, j'ai jamais compris mais avec 102 points je chialerais pas trop. Des nouveaux joueurs firent leurs débuts à Montréal tels que Vincent Damphousse et Brian Bellows et un nouveau coach en la personne de Jacques Demers remplaçant Pat Burns. Je parlerai du Canadien plus tard car il y a beaucoup à dire et ceci n'est qu'un simple survol.


La parodie de la pub de shampoing de Vincent Shampousse ( en 1994 mais on s'en fout )


La pub originale.


À suivre... la prochaine fois : la division Patrick

24 août 2011

La pire équipe du CH ( 20 dernières années ) Partie 3 : Les Attaquants

Après les défenseurs et ensuite les gardiens de buts, voici la dernière partie de l'équipe d'anti-étoiles de l'histoire des Canadiens de Montréal, les attaquants. La All-Crap team . 12 attaquants qui nous ont fait honte. Pour voir les autres parties de l'équipe , cliquez ici : Les Défenseurs , Les Gardiens de but.

1. Shayne Corson 
1985-92 , 1996-2000
662 pj - 168 b - 255 p - 423 pts
Jamais aimé ce joueur. Je ne l'ai pas vraiment vu jouer lors de son premier passage à Montréal. À ce que j'ai su, il était assez bad-boy, Pat Burns l'a notamment sorti de prison après une bagarre dans un bar de Winnipeg. Au grand plaisir de tous, il fût échangé aux Oilers d'Edmonton en 1992 contre Vincent Damphousse, qui compta 97 points la saison suivante et mena les siens à la coupe Stanley. En 1996, le nouveau directeur général recrue du club, Réjean Houle échanga le capitaine Pierre Turgeon aux Blues de St.Louis contre Corson et le défenseur Murray Baron. Je n'ai jamais compris cet échange mais c'était Réjean Houle, le même qui échangea Patrick Roy, Mark Recchi et Vincent Damphousse contre de la scrap. Apparamment que Turgeon n'aimait pas son rôle au sein du club, ayant déjà Saku Koivu et Damphousse comme joueurs de centre. On alla donc récupérer Corson pour 4 autres années. C'est ce deuxième passage dont je me rappelle le plus. Le club durant cette période était en chute libre et Corson ne sût pas exercer son supposé leadership et s'exila à Toronto en 2000.

2. Mike Ribeiro
1999-2006
276 pj - 50 b - 103 p - 153 pts
Les fans de plusieurs équipes et surtout Boston aiment bien s'en prendre aux joueurs du Canadien depuis quelques années en les traitant de "divers" "fakers" "cheap-shots" etc.. Je crois qu'à leur place je ferais pareil, surtout en revoyant ce vidéo où Ribeiro fait honte au Québec tout entier. Il était aussi reconnu comme un party-boy, était arrogant avec les médias et avait la réputation d'être le "pusher" dans les équipes pour qui il a joué. On l'envoya à Dallas dans un mauvais échange ( Janne Niinima , voir la 1re partie: Les Défenseurs ) car on croyait qu'il aurait une mauvaise influence sur Guillaume Latendresse.




3. Mariusz Czerkawski
2002-2003
43 pj  - 5 b - 9 p - 14 pts
Il devait y avoir pas mal de blessés lors de la saison 2002-2003 pour qu'on lui mette la patch "A" d'assistant capitaine. Je comprends pas. Obtenu des Islanders contre Aaron Asham, il était auparavant un bon scorer avec New York, mais on a vite déchanté dans son cas. Peu combatif et plaignard, il ne s'est juste pas adapté à Montréal avec ses 5 maigres buts en 43 parties. On l'envoya à Hamilton passer le reste de la saison et il retourna à New York par la suite.


4. Sergei Samsonov
2006-2007
63 pj - 9 b - 17 p - 26 pts
Embauché comme joueur autonome en 2006, Sergei Samsonov aura souffert de la même maladie que Mariusz Czerkawski en nous déployant toute son innéficacité et son mauvais esprit d'équipe. Pourtant j'étais très heureux de son embauche, l'ayant vu à l'oeuvre lors des séries magiques de 2006 avec Edmonton où il compléta plusieurs jeux importants avec ses brillantes passes. Mais encore une fois, un joueur européen ne s'adapta pas au système du Canadien et on voulu s'en débarasser au plus vite. On l'échangea aux Blackhawks de Chicago contre Jassen Cullimore et 3 billets de métro.

5. Scott Thornton
1996-2000
222 pj - 25 b - 26 p - 51 pts
Plusieurs raisons qui expliquent sa place dans ce décompte. Premièrement, il est le cousin moins talentueux de Joe Thornton, deuxièmement son look Nick Carter lendemain de brosse et troisièmement son rendement sur la glace, à l'image de l'équipe moribonde de la fin des années 90.

6. Georges Laraque
2008-2010
61 pj - 1 b - 4 p - 5pts - 89 pim
Alors qu'il était avec les Oilers d'Edmonton, Georges Laraque était le bagarreur le plus craint de la ligue et avec raison. Il était en plus capable de la mettre dedans de temps à autres. En juillet 2008, l'équipe sortait d'une saison exceptionnelle en terminant au premier rang de l'est mais s'était fait sortir en 5 parties par les Flyers en 2ème ronde car ils étaient plus robustes et intimidants. Bob Gainey décida d'ajouter 3 joueurs à sa formation pour la damnée saison du centenaire de l'équipe; Robert Lang, Alex Tanguay pour la profondeur en attaque et Georges Laraque pour ajouter enfin un élément de robustesse à l'équipe. Ces 3 joueurs ne terminèrent pas la saison du centenaire maléfique, étant tous blessés. Tanguay et Lang quittèrent l'équipe la saison suivante mais on était pogné avec Laraque et son contrat ridicule. Laraque était devenu lent et fragile, prenait de mauvaises décisions sur la glace et ne se battait presque plus, probablement parce qu'il jouait de moins en moins sous les ordres de Carbonneau et ensuite de Jacques Martin. Il marqua un seul but lors de son passage à Montréal, qu'il dédia à la population d'Haiti, qui venait de subir un terrible tremblement de terre. Moins de 2 semaines plus tard, on le remercia de ses services et racheta son contrat. Ouch. Il était clairement une distraction pour tout le monde , y compris les fans. Je me suis dit qu'enfin on en entendrait moins parler à la suite de son rachat mais non, Laraque a tellement besoin d'attention, il est de toutes les tribunes sportives et s'est recemment lancé en politique avec le parti vert. Je n'ai rien contre son engagement social et politique , go for it Georges mais tu mérites amplement ta place dans la All-Crap Team.


7. Marcel Hossa
2001-2004
59 pj - 10 b - 9 p - 19 pts
Le Canadien a souvent raté son coup en repêchant ou en faisant l'acquisition de frères ou cousins de joueurs plus connus et meilleurs ; Valeri Bure , Sylvain Turgeon , Jocelyn Lemieux , Scott Thornton et peut-être d'autres. Marcel Hossa était l'un d'eux. Son frère Marian est une superstar dans cette ligue et on croyait que Marcel pourrait suivre ses traces. Il démontra quelques flashs de brillance à quelques occasions mais on se rendit vite compte qu'il n'était pas de calibre pour la LNH. On l'envoya aux Rangers de New York après le lock-out. Il revint nous hanter alors que des rumeurs voulant que son frère s'ammène à Montréal en 2008 alors que son temps avec les Thrashers d'Atlanta arrivait à terme. La presse de Montréal s'enflamma suite à une supposée commande du Canadien de gants bleu-blanc-rouge commandés pour M. Hossa. Tous pensèrent que la fameux Marian s'ammenait à Montréal mais non, il s'agissait de gants pour Marcel qui s'ammenait en ville pour une partie Canadien-Rangers, les Rangers qui portent sensiblement les mêmes couleurs que le Canadien. C'est un exemple typique de la folie de Montréal et ses journalistes over-zelés. Pour ceux que ça intéresse, Marcel joue dans la KHL depuis ce temps.

8. Mikhail Grabovski
2006-2008
27 pj - 3 g - 6 p - 9 pts
Quelle façe de jambon celui-la. Un autre projet européen avorté. Il a signé son arrêt de mort à Montréal après avoir déserté l'équipe parce qu'il était insatisfait de son utilisation. Il se plait depuis à Toronto sur la première ligne d'attaque d'une équipe médiocre. C'est bien sa place. Il a depuis fait les manchettes suite à ses engeulades avec Sergei Kostitsyn et à la suite d'une bagarre à Vancouver lors des jeux Olympiques.


9. Pierre Dagenais
2003-2006
82 pj - 22 b - 17 p - 39 pts
Pierre Dagenais, en compagnie de Mike Ribeiro et José Théodore formaient à eux trois une clique surnommée les "Trois Amigos". Lui et Ribeiro particulièrement était reconnus comme des cancers dans la vestiaire et apparemment que plusieurs histoires de party et de poudre ont anéanti leurs chances de rester à Montréal. Théo fût envoyé au Colorado, Ribeiro à Dallas et Dagenais avec sa production chancelante et sa non-vitesse n'avait d'autre choix que de se faire retourner dans les mineures. Il vagabonde depuis dans la KHL , la ligue élite finlandaise , la ligue d'Autriche, la Federal Hockey League (profond) et présentement dans la ligue Norvégienne. Fuckface.


10. Trevor Linden
1999-2001
107 pj - 25 b - 38 p - 63 pts
Surnommé Captain Canuck, Linden est un dieu à Vancouver. Mais lorsque ces derniers , avec le dictateur Mike Keenan en tête, embauchèrent Mark Messier en 1997, il fût détroné de son rôle de capitaine et peu après fût envoyé aux Islanders de NY où il joua 2 saisons. les Canadiens firent son acquisition pour la saison 1999-2000 afin d'ajouter du leadership à une équipe de bas-fonds. Il fût blessé plus souvent qu'à son tour et n'apporta pas grand chose à l'équipe dans une de ses périodes les plus sombres. Sa seule vraie contribution à l'équipe fût lorsqu'on l'échangea aux Capitals de Washington en compagnie de Dainius Zubrus contre Richard Zednik, Jan Bulis et Alexander Perezhogin, un des premiers échanges mis en place par André Savard, le successeur du cave à Réjean Houle. Zednik et Bulis nous donnèrent quelques bonnes saisons et de bonnes runs en séries tandis que Perezhogin était un bon prospect mais qui retourna jouer en Russie ( un autre européen insatisfait )

11. Oleg Petrov
1993-2003
365 pj - 70 b - 113 p - 183 pts
Parlant de la période sombre de la fin des 90's, le meilleur représentant de cette équipe est à mon avis Oleg Petrov ( mention honorable à Martin Rucinsky, Brian Savage et Turner Stevenson ). Il était petit, fragile et non-constant mais avait de la vitesse . Originalement repêché en 1991, Oleg fût le premier russe à patiner avec le Canadien de Montréal. Il joua quelques parties en 92-93 et 2 parties en séries mais son nom n'est pas écrit sur la coupe. Il fît la navette ensuite avec le club et les Canadiens de Fredericton dans les mineures avant de s'exiler en Suisse de 1996 à 1999. Il revena ensuite avec Montréal et termina ex-équo avec Saku Koivu en tête des compteurs avec un gros 47 points ( je vous dis que c'était crados comme époque, Saku avait seulement joué 57 matchs cependant ). Je l'ai bien aimé quelque temps , surtout à son premier passage avec l'équipe où il formait la "Smurf Line" avec Koivu et Valeri Bure.



Mais son deuxième passage me laisse un goût amer, mais il faut bien lui rendre justice, c'était pas vraiment sa faute mais la faute à la direction qui ont laissé choir cette équipe glorieuse dans les ténèbres.


J'ai donc 11 attaquants. Il reste un spot sur la All-Crap Team et j'hésite à faire mon choix. Voici les quelques non-glorieux sur la liste. Faites-moi part de vos commentaires pour compléter la selection ou si vous êtes en désaccord avec certains choix.

Radek Bonk ( 2005 - 2007 )
135 pj - 19 b - 25 p - 44 pts


Un des nombreux bouche-trous dans l'histoire récente de l'équipe ( en compagnie de Brian Smolinski, Jeff Halpern , Glen Metropolit et Joé Juneau ). Celui-ci était particulièrement lent et inutile.

Jason Ward ( 1999-2004 )
105 pj - 10 b - 10 p - 20 pts


Un des nombreux premiers choix douteux de l'ère Réjean Houle, alors que les Sénateurs ont pris Marian Hossa au rang suivant. Il joue maintenant en Autriche après des passages ordinaires à New York, Los Angeles et Tampa Bay.
Guillaume Latendresse ( 2006-2009 )
232 pj - 48 b - 37 p - 85 pts 


Guy!Guy!Guy! Vos gueules ! Trop d'attention trop tôt lui a enflé la tête. Il était tellement fendant lors d'entrevues et lent sur la glace, le 4ème membre non-officiel des "trois amigos". Bon débarras dans son cas.

Benoit Pouliot ( 2009 - 2011 )
118 pj - 28 b - 26 p - 54 pts


Obtenu contre Guillaume Latendresse, on peut effectivement parler d'échanger 4 trente-sous pour 1 piastre. Les deux ont bien performé à leurs débuts avec leur nouvelle équipe mais peu depuis.
Alexander Perezhogin ( 2005 - 2007 )
128 pj - 15 b - 19 p - 34 pts


Autre projet européen avorté, il joue dans la KHL maintenant.
Niklas Sundstrom ( 2003 - 2006 )
154 pj - 19 b - 30 p - 49 pts


Un autre bouche-trou. Plusieurs le détestaient mais Claude Julien vantait son éfficatité et les "petites choses" qu'on ne remarque pas mais qu'il faisait apparemment à merveille. Il fait dorénavant ces petites choses en Suède, son pays natal.

Eric Chouinard ( 2000-2001 )
13 pj - 1 b - 3 p - 4 pts


À la fin des années 90, Chouinard et son coéquipier Simon Gagné des Remparts de Québec étaient en feu. Montréal repêcha Chouinard au 16e rang et les Flyers repêchèrent Gagné au 22eme rang. Ce dernier fût un des piliers de l'attaque de son équipe pendant presque 10 ans, le premier joue maintenant en Allemagne. Je devrais mettre Réjean Houle sur cette liste.
Jonas Hoglund ( 1998-1999 )
102 pj - 14 b - 15 p - 29 pts


Obtenu en retour de Valeri Bure, Hoglund est un autre membre d'une des pires formations de l'histoire du CH , l'édition 98-99 qui termina 22ème au classement général. Bure débloqua enfin avec les Flames de Calgary et Hoglund ne produisit qu'à son départ pour Toronto ( mais il jouait avec Mats Sundin )



Sergei Kostitsyn ( 2007- 2010 )
155 pj - 24 b - 44 p - 68 pts


Un vrai gâchis dans son cas, j'hésitais à le mettre sur cette liste car je l'aimais vraiment beaucoup à sa première saison, il était badass et très bon passeur, rapide et fringant. Mais tout a dégringolé depuis, party-boy, supposées liaisons avec la mafia, retours dans les mineures etc... Il s'est un peu repris avec Nashville.

Je crois que ça complète bien le palmarès, j'ai pris certains joueurs en considération; Mark Pederson, Turner Stevenson, Sergei Berezin, Dustin Boyd, Jim Campbell, Andrei Kovalenko, Kyle Chipchura, Chad Kilger ou bien encore Juha Lind mais les 11 énumérés plus haut et les quelques-autres aspirants méritent plus leur place.

Un certain joueur n'en fait pas partie et je crois que certains m'en voudront pour ça mais j'aimerais lui rendre hommage ici.

Benoit Brunet1988-2001
494 pj - 92 b - 149 p - 241 pts
Non ce n'est pas une joke ou de l'ironie, j'aimais Benoit Brunet comme joueur de hockey. Plusieurs sont injustes à son endroit mais c'est surtout à cause de son travail comme analyste au hockey à RDS qui a terni sa réputation. J'avoue qu'à certains moments il m'a tapé sur les nerfs et que son vocabulaire laissait  à désirer mais je l'aimais quand même plus que Yvon Pednault qui devenait vieux-jeu. Mais d'autres vont injustement insulter le joueur qu'il était et ça , ça me fait rager. Non il n'était pas le plus flamboyant , on peut effectivement le qualifier de plombier mais j'ai toujours admiré son professionnalisme et sa combativité sur la glace. Il a traversé les bons moments du début des 90's avec l'équipe et aussi les pires moments vers la fin de la décennie, où il fût trop souvent blessé. D'ailleurs si on devait choisir un seul joueur de la période 1999-2001 ayant valu quelque chose, ça serait très serré entre lui, Saku Koivu et Jeff Hackett. Il était un des seuls à vouloir au moins tout donner à chaque match malgré que c'était souvent cause perdue. Il était aussi capable de faire de beaux jeux et de marquer de beaux buts. Je me rapelle d'un but qu'il avait marqué je crois contre Philadelphie où il avait traversé la patinoire d'un bout à l'autre à toute vitesse à lui seul en esquivant un joueur qui tenta de le plaquer contre la bande et ensuite de déjouer le gardien. Je n'arrive pas à trouver un vidéo de ce but mais je suis certain que plusieurs s'en rapelle. J'en ai trouvé un autre cependant très beau aussi.



Et je me rappellerai aussi toujours cette passe qu'il a fait à Éric Desjardins durant le deuxième match de la finale de 1993 qui nous fît gagner le match et qui détermina le reste de la série par la suite.



Ça on peut pas lui enlever et de bien pire joueur ont fait partie de l'équipe depuis 20 ans.


23 août 2011

La pire équipe du CH ( 20 dernières années ) Partie 2 : Gardiens de but

J'ai la facheuse tendance sur ce blog de commencer des séries d'articles et de ne pas les compléter. Lors de mon premier article, j'avais tenté de constituer la pire équipe de l'histoire du Canadien de Montréal en commençant par les défenseurs. Je devais continuer cette liste mais comme c'est souvent le cas, je suis passé à d'autres sujets et d'autres séries d'articles encore à finir. Je me suis dit qu'il était maintenant temps de finir cette liste. Aujourd'hui nous aborderons la position de gardien de but. Pour voir la première partie avec les défenseurs , cliquez ici. La dernière partie des attaquants , cliquez ici.

Pas facile comme sujet. Les gardiens de but de Montréal se doivent d'être toujours au top de leur forme, étant épiés de toutes parts par les gérants d'estrade, les médias et même mon arrière grand-mère a son opinion sur Carey Price. Mais comme il n'y a en moyenne que 3 gardiens de buts dans un line-up , la liste est donc plus courte.

1. Pat Jablonski
1995-1997
40pj - 9 G - 15 D - 8 N


Obtenu de St.Louis en retour du défenseur Jean-Jacques Daigneault, Pat Jablonski n'a pas vraiment eu la chance de laisser sa marque dans nos souvenirs car il est arrivé durant la transition entre Patrick Roy et Jocelyn Thibault, donc disons que les projecteurs n'étaient pas sur lui et c'est une bonne chose. Voyez ses stats et ce vidéo où il se fait ramasser par Eric Lindros.




2. David Aebischer
2006-2007
39pj - 17 v - 15 d - 3 n


Je n'ai pas mis José Théodore sur cette liste, malgré son rendement pitoyable et ses déboires personnels lors de ses dernières saisons à Montréal. Je le reconnais plus pour ses saisons du début des années 2000 alors qu'il transporta l'équipe à lui-seul dans les séries et gagna les trophées Vézina et Hart en 2002. Il mériterait plus d'être sur l'équipe d'étoile des 20 dernières années à la place. J'ai plutôt mis son successeur sur cette liste, du moins celui qu'on a eu en échange avec l'Avalanche du Colorado, le suisse David Aebischer. Aebischer s'était bâti une bonne réputation comme successeur de Patrick Roy au Colorado mais lors de la saison 2005-2006, avec de nouveaux réglements favorisant l'attaque et une équipe au Colorado ayant perdu des plumes , les statistiques et la confiance d'Aebischer tombèrent. Au même moment, la carrière de José Théodore alla aussi dans le même sens et les deux équipes décidèrent de se les échanger. Colorado espérait refaire le même coup au Canadien que l'épisode Patrick Roy et Montréal quant à eux ne voulaient que se debarasser du contrat de Théodore. Échange grotesque s'il n'en était qu'un, Aebischer perdit le poste de numéro 1 à Christobal Huet pour la saison 2006-2007 mais lorsque ce dernier fût blessé,  Aebischer ne sût garder le fort et l'équipe dégringola du 4ème rang au 11ème en quelques semaines lors d'un des plus pénibles "fail" de l'histoire.

On écarta Aebischer pour préférer donner la chance à Jaroslav Halak de nous mener en séries, ce qu'il passa proche de faire, mais Gainey et Carbonneau décidèrent de remettre Huet dans les buts pour le dernier match décisif de la saison contre Toronto , qu'ils perdirent 6-5 graçe à un Huet pas prêt , un Halak frustré ( pas la dernière fois ) et un Aebischer dans les estrades se magasinant une autre équipe.

Il a passé les 3 dernières saisons en suisse et vient de dénicher un essai avec les nouveaux Jets de Winnipeg. Combien de temps avant qu'il prenne un autre Jet pour l'europe ?

3. Ron Tugnutt
1994-1995
15 pj - 3 v - 6 d - 2 n


Pas grand chose à dire sur Tugnutt , gardien vagabond et ancien Nordique. Je l'ai toujours détesté car on l'avait obtenu d'Anaheim en retour de Stéphane Lebeau lors de la saison 93-94. J'étais vraiment fâché à l'époque car Lebeau était un de mes joueurs préférés et les joueurs de la saison championne de 92-93 étaient intouchables à mes yeux. J'ai même versé quelques larmes. Tugnutt  n'a fait que passer à Montréal, on se rappelle surtout de lui comme le substitut de Patrick Roy lors d'une partie des séries de 1994 contre Boston alors que Roy souffrait d'appendicite. Il se fit scorer 4 ou 5 buts en une période et les Canadiens perdirent le match 6-3. Ce fût le dernier match de Tugnutt à Montréal et ça le força même à penser à la retraite. Ce qu'il ne fît pas, étant embauché par les Sénateurs en 1997.

Prochaine étape et non la moindre , les attaquants...

17 août 2011

Les meilleurs logos ever !

Àprès deux articles sur les pires logos de l'histoire du hockey, voici l'autre côté de la médaille , les 15 meilleurs logos ever ! Sentez vous libre de laisser des commentaires dans le bas si vous avez le goût de vous obstiner un peu...

Buffalo Bisons
AHL 1940-1970
Les Bisons appartenaient au propriétaire local de Pepsi-Cola, c'est donc lui qui en 1956 changea le logo et les couleurs du club pour nous donner ce petit bijou ici. L'équipe cessa ses opérations après la saison 1970 alors que Buffalo se fit octroyer une équipe de la LNH, les Sabres. Ces même Sabres d'ailleurs ont rendu hommage à l'équipe des Bisons en introduisant l'an dernier un 3ème chandail rappelant l'époque des Bisons.

St. Louis Flyers
AHL 1944-1953

J'aimerais avoir un chandail de cette équipe, le trouve le logo tout simplement magnifique avec le lettrage et les couleurs. Les étoiles  et la mention "the arena" complètent bien le cercle.

Dubuque Fighting Saints
USHL 2010-

Dubuque en Iowa est l'hôte d'une nouvelle équipe de la United States Hockey League, la meilleure ligue junior des States. Ils ont commencé leurs opérations l'an passé et ont eu la brillante idée d'introduire ce logo au design classique et non pas quelque chose du genre.

Edmonton Oilers
WHA/NHL 1972 

J'ai déja parlé du logo des Oilers mais je me devais de le mettre dans ce top 15. Juste un mot : Epic.


Saguenéens de Chicoutimi
LHJMQ 1999 -


Vive les Sags ! Ma première équipe locale ( à l'exception des Aiglons d'Alma ). Ceci est la dernière mouture du logo, ils ont eu une bonne idée de rajouter Saguenay et Lac-St-Jean, car oui même les gens du Lac font la route pour aller les voir malgré la rivalité entre les deux. D'ailleurs la "couronne" bleue représente un bleuet, l'emblème suprême du Lac. Je réutilise le mot "epic" ici.

Hartford Whalers
NHL 1979-1992

Les Whalers , maintenant Hurricanes de la Caroline , était l'une des seules équipes sportives à avoir utilisé le procédé de la contre-forme pour leur logo. Remarquez l'espace blanc entre la nageoire bleue et le "W" vert, cela forme un "H" pour Hartford. Il n'a peut-être pas l'air si beau pour tout le monde à première vue ici mais il est kick-ass sur un chandail.


Regina Pats
WHL 1970-2009

Les Pats de Régina , équipe junior du légendaire Mike Sillinger , sont la plus vieille équipe junior au monde. Originalement appelés The Patricias en l'honneur de la princesse Patricia of Connaught, petite-fille de la reine Victoria. L'équipe raccourcira son nom pour les Pats en 1923. Depuis les années 70, ils gardent comme logo ce lettrage sportif classique rappelant les équipes de Baseball.


Harfangs de Beauport
LHJMQ 1990-1997

Les Harfangs de Beauport sont les ancêtres de la plus récente incarnation des Remparts de Québec, ayant déménagé au Colisée en 1997 pour reprendre la tradition Remparts. Quoique non-symétrique, le Harfang est très classe et c'est à mon avis un des meilleurs logos de l'histoire de la LHJMQ.
Frölunda Indians
SEL 1996 -

Je voulais inclure les Blackhawks de Chicago dans ce top 15 mais manque de place et surtout que j'ai découvert celui-ci des Indians de Frolunda ( ligue élite de Suède ) qui à mon avis est plus badass que celui de Chicago. Les couleurs des plumes et les détails du chapeau et du visage de l'indien sont trop bien faits.

Waterloo Black Hawks
USHL 2007 -

Je voulais ensuite mettre celui de Chicago mais je me suis dit qu'un Indien serait assez. Mais pour mettre un Black Hawks j'ai trouvé celui-ci d'une équipe récente de la USHL.


Asheville Aces
SPHL 2004-2005

Celui-ci aurait dû servir d'inspiration à ceux qui ont fait le nouveau logo des Jets de Winnipeg, qui ne fait pas l'unanimité.

Jokerit Helsinki
SM-liiga 1975-

Le Jokerit a une tradition d'excellence dans l'histoire du hockey Finlandais. J'aime ce logo car il est non-traditionnel par son choix de dessin et de couleurs (comme plusieurs logos européens) mais il orne bien un chandail de hockey.


Spokane Chiefs
WHL 1985-2002


Les Chiefs de Spokane, avec leur chandail inspiré du Canadien, sont  une des meilleurs équipes de l'histoire de la Western Hockey League (junior) en terme de victoires et d'assistance. Fait cocasse, ils déménagèrent de Kelowna en 85 , auparavant nommés les Wings qui figurent dans mon deuxième article sur les logos moches.
Birmingham Bulls
WHA 1976-1979

Pas grand chose à dire sur celui-ci , il est juste beau. C'est généralement winner d'avoir une logo bleu et rouge dans un cercle.

Nordiques de Québec
WHA/NHL 1972-1995

Comme pour mes articles sur les logos moches, je termine avec une équipe de Québec. Quel meilleur choix que les Nordiques? Ce logo évoque tellement de nostalgie pour l'ensemble de la province, même les plus ardents fans des Canadiens l'affectionne. Je n'ai pas mis le logo du canadien, disons par mégarde.


Tous ces logos proviennent de http://www.sportslogos.net/



16 août 2011

Les logos les plus cons ! En rappel

Suite à un succès fulgurant de mon article sur les logos de hockey les plus cons jamais conçus (cliquez ici pour le lire) j'ai décidé, à la demande générale ( au moins 3 personnes ont aimé ça ) de faire une suite. La voici.

Buffalo Wings
RHI 97-99


La RHI (Roller Hockey International) fût une ligue éphémère dans les années 90 durant la folie de la mode des rollerblades. Opérant seulement durant l'été, elle compta jusqu'à 24 équipes à son apogée en 1994 mais seulement 8 lors de sa dernière saison en 1999. De nos jours, peu d'informations demeurent sur ces équipes, à l'exception de leurs logos, majoritairement tous des animaux anthopomorphiques ridicules. Les Buffalo Wings en faisaient partie. Quel clin d'oeil subtil aux fameuses ailes de poulet de Buffalo... un ptédoractyle ( ça me tente même pas de le googler pour savoir l'orthographe ). Aussi quel choix judicieux et sobre que le mélange du vert et du mauve.





Kelowna Wings
WHL 82-85

Ok, je sais que l'on ceuille des cerises dans la région mais come on ! Tu peux pas prendre un logo légendaire comme celui des Red Wings et faire ça avec.








Jacksonville Barracudas
SPHL 04-08

Par où je commence ? Je peux comprendre qu'on puisse faire un logo anthropomorphique avec un chien, un ours ou n'importe quel animal à 4 PATTES mais pas avec un poisson. De plus, en faire monter un sur un surf est déjà une anomalie mais qu'il puisse ensuite jouer au hockey ? La puck serait dans le fond de l'eau il me semble, donc le surf est totalement inutile.








Indianapolis Ice
IHL 92-99



Je vois plus un logo de bière qu'un logo de hockey. Leur logo précédent était vraiment plus cool comme ice.












New Haven Beast
AHL 97-98




Normalement, les logos de la ligue américaine sont très présentables mais celui-ci est une exception. Ils devaient avoir un meilleur logo avant mais ils m'ont pas écouté. Il faut pas les nourrir après minuit et ne pas les arroser. Il irait mieux pour une équipe de la RHI












Etobicoke Dolphins
NWHL 06-07




Place au hockey féminin ici, les Dolphins d'Etobicoke en Ontario faisaient partie de la National Women's Hockey League (99 à 2007) . Les Dolphins eux ne durèrent même pas une saison, le hockey féminin est tellement pauvre que la plupart des équipes ne pouvaient assurer les coûts de transport. Pas plus qu'un graphiste compétent à ce qu'on peut voir.





Rafales de Québec
IHL 96-98




Comme dans la première partie des logos les plus moches, je termine avec une équipe de la ville de Québec, qui a mangé son pain noir depuis le départ des Nordiques (à l'exception des Remparts). Les Rafales connurent quand même une bonne première saison en 96-97 au niveau des assistances et des victoires mais l'équipe fût dissoute après leur deuxième saison car elle perdait de l'argent. Ce n'est pas le pire logo que j'ai pu voir mais on parle de la ville de Québec ici et pas d'une ville du sud des États-Unis. On mérite un logo plus classe si jamais la LNH revient un jour.







Tous ces logos proviennent de http://www.sportslogos.net/